L’Anah et les autres aides à la rénovation énergétique

L’Agence NAtionale de l’Habitat peut être fière de son action. Elle a en effet dépassé ses objectifs, alors même que le gouvernement avait réduit une partie de ses crédit en 2014, tout en augmentant l’objectif du nombre de logements bénéficiant du programme « Habiter Mieux » à 50.000 au lieu de 45.000 en 2015 et 2016.

Maison en zone de chaleurs

Visualisation des pertes d’énergie d’une maison

Ce sont en fait 70.000 logements qui seront rénovés en 2016, sans doute 100.000 en 2017. Ce résultat remarquable conforte le fait que la rénovation énergétique soit un des seuls secteurs en croissance réelle dans le bâtiments, avec la construction de logements neufs destinés à la location, boostés par la loi Pinel.

2015 a en effet vu une hausse globale de 1% pour les travaux de rénovation énergétique. Ceux-ci sont liés en général aux ventes d’ancien, les nouveaux propriétaires ayant comme priorité de diminuer leur facture de chauffage en bénéficiant des aides de l’état.

Les chantiers prioritaires pour la rénovation énergétique

Deux types de travaux permettent de faire 95% des économies d’énergie.

Schéma montrant les différentes sources de perte de chaleur

Les différentes sources de déperdition d’énergie liées au manque d’isolation (source : toutsurlisolation.com)

 

Isolation

L’isolation est en réalité le plus gros poste. Elle passe principalement par :

  • la pose d’une couche de laine de verre épaisse sous le toit
  • la pose d’une couche d’isolation sur un ou plusieurs murs (dépendants de l’orientation et des ouvertures, il n’est pas toujours nécessaire de tout isoler)
  • la pose de double vitrages, ou même de triple vitrages (qui apportent aussi une isolation sonore)
  • la recherche et la suppression des ponts thermiques

Gestion de la ventilation

La gestion de la ventilation va consister à remplacer une ventilation naturelle, souvent cause de déperdition d’énergie, par une ventilation gérée qui permet d’évacuer l’humidité et la vapeur d’eau produite naturellement par les habitants de la maison (en moyenne trois litres d’eau par jour et par personne adulte).

La gestion de la ventilation se fait au moyen d’extracteurs dans les pièces très humides, ou de Ventilation Manuelle Contrôlée (VMC) à simple ou double flux. La VMC la plus sophistiquée et la plus efficace énergétiquement est la VMC hygroréglable ou « intelligente » : elle va adapter automatiquement le débit d’air selon les variations du taux d’humidité.

Aides et financements

L’état ne se contente pas de mettre en oeuvre un programe volontaire via l’ANAH. Même en dehors des programmes de celle-ci, chaque personne qui fait des travaux énergétiques peut bénéficier de plusieurs aides.

L’éco prêt à taux zéro

Pour des petits et moyens travaux (maximum 30.000 €), il impose de recourir à un professionnel agrée RGE (Reconnu Garant de l’Environnement). Les travaux doivent concerner plusieurs types d’améliorations énergétiques ou permettre d’atteindre une excellente performance énergétique.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique

Ce crédit d’impôt permet de déduire des impôts 30 % des dépenses d’équipements et/ou de main d’œuvre pour des travaux de rénovation énergétique, dans la limite de 8.000 € par personne majeure du foyer fiscal. Là encore, il impose de faire appel à un professionnel RGE.

Enfin, selon le lieu où vous habitez, de nombreuses aides locales sont disponibles, dont vous pouvez consulter la liste ici.