Le marché de la domotique boosté par les alarmes et les économies d’énergie

La domotique a créé un nouveau marché, qui n’est pas encore mature et qui a la particularité de couvrir à la fois des prestations anciennes (comme les alarmes, réinventées) et des prestations totalement nouvelles, comme la gestion à distance des installations.

La domotique : un marché en pleine croissance

Une étude du cabinet Xerfi, parue en 2013, montre bien l’importance de la domotique. Elle estime que le taux de croissance de ce marché sera d’au moins 20% par an jusqu’en 2017, pour atteindre un volume d’affaires compris entre 430 et 780 millions d’euros.

Cette estimation est une des plus raisonnables, d’autres experts parlent eux d’une augmentation de 30 à 40% par an sur la même période.

La particularité de ce marché, c’est la part importante de la prestation de service et de l’installation, qui représente environ les deux tiers du marché, le matériel proprement dit représentant au plus 150 millions d’euros en 2014.

L’objet connecté est devenu à la mode, il n’est pas fabriqué uniquement par des spécialistes de la maison. La domotique réunit des équipementiers, comme Somfy (dont on reparlera) et des sociétés actives sur le marché des nouvelles technologies, comme Apple ou SFR. Mais il déborde largement de la sphère de la domotique, avec des objets connectés dédiés au bien-être, à la santé, au sport, ou tout simplement à la « connectivité » au sens large. Or il souffre d’une image de gadget qui déteint négativement sur la domotique.

Un marché de niche qui devient un marché de masse

L’objet connecté est typique d’un marché de niche, réservé aux early adopters. Ces derniers ont la particularité d’acheter les dernières nouveautés, mais ne suffisent pas à créer un marché important.

Or, selon un autre cabinet, le BSRIA, le marché de la domotique est en train d’évoluer, l’importante croissance s’expliquant par un élargissement des clients potentiels et une transformation en marché de masse, en 2015-2016.

Deux domaines tirent leur épingle du jeu, et tirent le marché de la domotique : les alarmes et les économies d’énergie. Ce sont en effet des applications traditionnelles, renouvelées par la domotique et dont les retombées immédiates sont facilement quantifiables, à la différence, peut-être, de la possibilité de lancer son four à distance…

La révolution dans la gestion des alarmes

Dans cet ensemble, la gestion des alarmes – qui couvre principalement les alarmes incendies et la détection d’intrusion –  a été transformé avec l’arrivée de nouveaux acteurs connus initialement pour d’autres produits, dont Somfy est un excellent exemple.

En effet, le devis pour l’installation d’une alarme de maison va comprendre plusieurs types de prestations, différentes, qui se complètent et qui étaient, initialement, assurées par des acteurs différents. On est loin aujourd’hui du simple détecteur relié à une société de surveillance !

Graphique Pie Chart de répartition

Répartition du marché de la domotique par type d’habitat (source : Effinov)

Le marché de la domotique, encore haut de gamme, concerne pour plus de 60% les appartements et villas haut-de-gamme, pour 25% les établissements commerciaux, clients naturels des prestations de surveillance.

Les composantes d’une alarme intrusion

Le matériel
Le matériel va comprendre l’ensemble des détecteurs de mouvements, des caméras, du câblage, ainsi que des systèmes permettant d’agir à distance (fermeture) et les alarmes sonores proprement dites.
Le paramétrage
Le paramétrage est essentiel. Qui n’a pas été exaspéré par une alarme trop sensible ? A l’inverse de l’alarme déclenchée par un papillon, une alarme trop peu sensible perd toute efficacité.
De plus, le paramétrage général doit pouvoir être adapté facilement par l’utilisateur lorsqu’il modifie ses habitudes. Le paramétrage peut enfin inclure une partie simulation, permettant de faire croire que la maison est habitée lorsque les occupants sont partis.
La surveillance et l’intervention
La surveillance elle-même peut être faite à distance. Les « objets connectés » envoient fréquemment des images sur un smartphone. Néanmoins, dans le cadre d’une alarme intrusion, il est recommandé de coupler l’installation à une véritable société de surveillance, qui peut intervenir rapidement. C’est dans ce cas qu’une alarme intrusion protège réellement votre habitation.

Le marché des économies d’énergie

Deuxième secteur phare de la domotique, les systèmes visant à économiser l’énergie peuvent bénéficier d’incitations fiscales. Ce marché représente environ un tiers de la domotique en général, avec une forte prépondérances des clients et des professionnels allemands.

Les systèmes de gestion d’énergie vont plus loin que la simple extinction / allumage des lumières et modifications des températures de chauffage en fonction de l’heure de la journée. En envoyant directement des informations précises sur la consommation d’énergie, les systèmes de gestion de l’énergie à domicile (Home Energy Management Systems) permettent aussi d’identifier les sources de pertes et d’agir directement.

Source DR

Gestion des alarmes et de l’énergie dans une maison connectée

Néanmoins, aujourd’hui, le marché essentiel reste celui les systèmes de contrôle du confort dans le logement, qui se concentrent en priorité sur le chauffage et la ventilation. Ces équipements viennent en complément d’installations classiques d’économies d’énergie (isolation des fenêtres, limitation des pertes, isolation des murs et des combles), souvent aussi ils sont liés à la mise en place de sources d’énergies renouvelables (géothermie, panneaux solaires), permettant de passer, si besoin est, à des sources d’énergie plus traditionnelles en back-up.