Un nouveau ministre pour gérer le pétrole Mauritanien

La découverte, puis l’exploitation de gisements miniers en Mauritanie en 2006 a été un facteur important pour le futur développement du pays.

En effet, si ces gisements restent relativement mineurs (les réserves estimées n’atteignent pas le milliard de barils), ils ont néanmoins deux avantages importants : 

  • ils sont de bonne qualité
  • ils restent encore relativement faciles et économiques à exploiter, surtout en comparaison des gaz de schistes

Enfin, le développement de l’industrie pétrolière attire de nombreuses sociétés étrangères, prêtes à investir en Mauritanie.

Aussi, la nomination d’un nouveau ministre du Pétrole, de l’Energie et des Mines, Mohamed Ould Khouna, qui a reçu ce portefeuille lors du remaniement ministériel du 17 septembre 2013, alors qu’il n’était jusqu’alors que Ministre Délégué à l’Emploi, est un signe de l’importance accordée à ce secteur… et du poids croissant que reprend Mohamed Ould Khouna dans la politique mauritanienne.

Le pétrole : une diversion cruciale pour l’économie mauritanienne

La petite taille des réserves fait que le pétrole ne remplacera pas, dans l’économie mauritanienne, l’exploitation du minerai de fer, industrie traditionnelle du pays, qui lui rapporte la plus grande partie de ses ressources.

La Mauritanie est un des grands producteurs de fer, et un petit producteur de pétrole.

Néanmoins, le pétrole arrive à point pour remplacer les droits de pêche, voués inéluctablement à diminuer suite à la sur-exploitation des ressources.

De plus, les contrats pétroliers ont été passés avec des pays variés : la France, certes, ancienne puissance coloniale, toujours extrêmement présente en Mauritanie, mais aussi la Grande-Bretagne, et la Chine, de plus en plus présente en Afrique.

Qui est Mohamed Ould Khouna ?

Pour ceux qui ne connaissent pas le pays, ce nom est inconnu. Pour les autres, le poids croissant de l’ancien président mauritanien est un signe fort de l’évolution des pouvoirs dans un pays confronté à des risques de déstabilisation « importée » des régions voisines, et particulièrement du Mali.

En effet, Mohamed Ould Khouna est un survivant, ancien Premier Ministre, ancien Président de la République, déchu par un coup d’état, ancien prisonnier gracié, ancien candidat malheureux aux élections présidentielles de 2007 rallié au vainqueur, puis au général Mohamed Ould Abdel Aziz qui le renverse par un coup d’état, en 2008.

C’est aussi un militaire, avec le grade de colonel.

Sa prise de portefeuille est donc le signal du poids de plus en plus important de l’armée, et du besoin que la Mauritanie a d’utiliser tous les savoir-faire, et les contacts d’un homme familier des grands de ce monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>