Prêt immobilier, LCL cache des choses à ses clients !

A la fin du mois de Septembre, la banque LCL, ex-Crédit Lyonnais, a diffusé une circulaire, auprès de tous les conseillers clientèle de ses 2 000 agences en France, afin que ceux-ci incitent les clients à ne pas intenter d’action en justice suite à leur technique de calcul des intérêts, d’après un article publié hier, lundi 30 Novembre 2015, par Le Parisien.

Condamnée par la justice en Avril, LCL ne souhaite pas que cela continue

Effectivement, il y a quelques mois de cela, plus précisément le 2 Avril 2015, la banque LCL a été condamnée par la cours d’appel de Versailles pour avoir calculé ses taux d’intérêts sur 360 jours, au lieu des 365 que compte une année complète. Bien sûr, la banque se défend d’être en tort, mais la justice a tranché et la banque a été condamnée.

Aujourd’hui, celle-ci espère bien que les clients ne vont pas se retourner contre elle à propos de cette pratique illégale que l’on nomme « l’année lombarde » et qu’elle n’est pas la seule à utiliser. Cette pratique est en fait très simple et consiste à calculer les intérêts sur 360 jours. 5 petites journées de moins qu’une véritable année qui permet aux organismes qui la pratiquent d’obtenir des calculs simplifiés. Toutefois, le résultat dépasse le simple avantage du calcul étant donné que la banque y est encore gagnante au détriment du client, d’après les associations de défense de consommateurs. C’est pourquoi il était important de prendre les devants et tout faire pour que les clients se sentent rassurés et ne traînent pas LCL devant les tribunaux pour les avoir dupés.

Logo LCL Le Crédit Lyonnais

Pour cela, la direction de LCL a donc diffusé une note à la fin du mois de Septembre, auprès de ses conseillers clientèles dans ses 2 000 agences françaises, dans laquelle on peut découvrir tout un argumentaire qu’il faut opposer au client quand celui-ci viendra se plaindre dans les bureaux et menacera d’intenter une action en justice. La technique est bien rodée et doit permettre de décourager quiconque espère entreprendre des démarches judiciaires.

Des pratiques légales et sans répercussion pour le clients…

Même si la direction de LCL se défend bec et ongles que cela n’a rien d’illégal et que la note n’a absolument pas été distribuée pour tromper le client, quand on la regarde de plus près, cela semble pourtant bien être ce que l’on pense. Dès l’entête, sur un fond rouge, on peut d’ailleurs y lire « Document strictement interne // Ne pas remettre à la clientèle // Argumentaire à usage uniquement oral ». Cela semble être très clair, il faut que cette note soit lue et bien prise en compte par les conseillers clientèles.

Bien sûr, la banque se défend et assure que sa façon de faire est tout ce qu’il y a de plus légale et que celle-ci a même été validée par la Cour de cassation en 2009. A condition bien évidemment que cela soit inscrit dans le contrat noir sur blanc. Ensuite, la direction trouve de bon goût de rajouter que cela n’a rien de préjudiciable pour les clients et qu’aucune perte n’en découle pour les emprunteurs, à croire que la justice condamne les organismes bancaires sans raison et que les associations de défense des consommateurs brassent du vent inutilement.

Ainsi, si vous avez besoin de trouver un prêt immobilier, pensez toujours à bien lire le contrat pour ne pas vous faire avoir. Même si actuellement les taux d’intérêts sont plutôt faibles et descendent de mois en mois pour cette année 2015, inutile de vous retrouvez à payer plus que ce que vous ne devriez, surtout si la cause sont des pratiques douteuses et décriées comme l’année lombarde. Un emprunteur averti en vaut deux pourrait-on dire !