Pourquoi faire un rachat de credit renouvelable ?

Ce qu’il y a de bien avec un crédit renouvelable, c’est que personne ne vous demande ce que vous allez faire de la somme ainsi empruntée, à cet égard de nombreux consommateurs ayant envie de se faire un petit plaisir mais ne sachant pas lequel choisissent de signer d’abord, et de voir ensuite s’ils achètent une tondeuse à gazon autoportée ou s’ils se payent une semaine de vacances aux Canaries. D’ailleurs, les banques et les sociétés de crédit vantent la facilité d’obtention de ces crédits, leur souplesse d’utilisation et la rapidité de déblocage des fonds. Leur ultime argument, c’est que ça coûte que si l’on s’en sert !

Au retour de vacances, c’est au tour de leur compte en banque d’être tondu car ce type de financement coûte cher, même très cher et l’on s’en aperçoit souvent trop tard. Trop souvent il est constaté que débute alors un cercle vicieux où l’on tape dans les réserves pour faire la fin de mois et quand ça suffit plus, on reprend un revolving, puis un autre pour finir par se retrouver devant le guichet de la Banque de France pour déposer un dossier à la Commission de surendettement. Si le crédit renouvelable n’est pas –loin s’en faut- le principal surendettement des ménages en France, on le trouve dans quasiment tous les dossiers. Quoi qu’il en soit, avant cette issue dramatique, il est souvent possible d’effectuer un rachat de credit revolving, si toutefois on répond à ses conditions. Plus vite on réagit, plus grandes sont les chances d’y répondre.

La première condition est la capacité de rembourser

rachat de crédits renouvelableVous devez être en capacité de rembourser le prêt de restructuration en restant dans les normes d’endettement : entre 33 et 50% selon les prêteurs et le montant des revenus disponibles en fonction de la composition du ménage.

Il convient donc que le cumul des utilisations que vous avez faites au titre de vos différents revolving ne soit pas trop élevé par rapport à vos revenus pérennes, compte tenu notamment de vos charges de logement.

Dans la majorité des cas, le regroupement de crédits renouvelables se fait dans le cadre d’un rachat de crédit consommation limité en montant et en durée.

Dans des cas exceptionnels et, singulièrement, en fonction du montant, il est possible d’envisager cette opération d’un rachat de credit immobilier.

La seconde condition est que la réduction du taux d’effort suffise à rééquilibrer le budget de l’emprunteur

Même si le cumul des utilisations à consolider (à racheter) n’excède pas, dans le cadre de l’une ou l’autre des formules de rachat de credit, vos capacités de remboursement, ne pas dépasser le taux d’endettement normatif ne suffit pas.

Encore faut-il que la restructuration permette le rééquilibrage de votre budget. En clair, il faut que votre « reste à vivre » (ce qui reste de vos revenus réguliers après paiement du crédit et du logement) soit suffisant pour couvrir les dépenses habituelles de vie (les dépenses comme les revenus exceptionnels en sont exclus). S’il est constaté, à l’analyse de vos extraits de compte(s) bancaire(s) dont la production est exigée pour les trois derniers mois précédents la demande, que ce n’est pas le cas, le rachat de credit vous sera refusé. Il s’agit d’un critère « subjectif », puisque fondé sur le comportement de l’emprunteur, propre à cette technique bancaire.

Cependant, il peut exister des circonstances expliquant qu’une balance bancaire soit négative en raison d’utilisations de réserve excessives. Des explications circonstanciées peuvent amener l’établissement de crédit a reconsidérer sa position, en particulier si des points forts du dossier sont mis en avant.

On voit ici tout l’intérêt de confier sa recherche de refinancement à un professionnel rompu aux finesses du montage d’un dossier de regroupement de crédits et qui connaît parfaitement la politique et même la philosophie de ses partenaires. Cet avocat des emprunteurs est un intermédiaire en opérations de banque (IOB) spécialisé dans la restructuration financière des particuliers.

Les autres conditions sont habituelles à tout crédit

restructuration de créditsEn effet, il s’agit de la profession, de son statut, de l’ancienneté dans l’emploi, de la composition du ménage, de ses charges, des antécédents, de la bonne (ou mauvaise) gestion des comptes bancaires, absence de fichage Banque de France, etc.

A propos des fichages (FCC ou FICP), il faut savoir qu’ils sont rédhibitoires pour un regroupement de prêts consommation. Seuls les propriétaires et accédants à la propriété d’un bien immobilier à usage d’habitation d’une valeur suffisante sont éligibles à un rachat de crédits immobilier en raison de la garantie financière que représente une hypothèque conventionnelle.

Les « récidivistes », c’est-à-dire les emprunteurs qui ont déjà bénéficié d’une restructuration financière antérieure, sont traités différemment selon les prêteurs. Certains les écartent purement et simplement. D’autres, les plus nombreux, posent des conditions : délai écoulé, causes de la nouvelle demande, existence d’incidents ou non, etc. Outre les critères d’acceptation, des conditions différentes sont appliquées.

Un bon conseil : faites attention aux rachats de crédits partiels souvent pratiqués par certaines banques de dépôt qui ne rachètent que les crédits qu’elles ont octroyés et laissent de côté les autres. Souvent, cette restructuration non seulement est bancale mais peut interdire ou grever un véritable rachat de credit global.

Comment savoir si vous avez intérêt à faire racheter vos revolving ?

C’est à priori pas compliqué. Calculez ce que vous coûte la situation actuelle. Pour cela, prenez le dernier relevé mensuel de chacun de vos crédits renouvelables. Déduisez de la mensualité le montant des intérêts et la prime d’assurance emprunteur. Ce qui reste, c’est la part de capital que vous remboursez. Vous ne rêvez pas : c’est peu ! Calculez maintenant, avec un tel remboursement, combien de temps il vous faudra pour ramener le compte à zéro. Durant ce temps, vous paierez les intérêts (qui varient chaque année) et l’assurance au prix fort. Et encore, à supposer que vous ne soyez pas tenté de piocher dans la réserve. Vous allez vite vous rendre compte qu’il est difficile avec les paramètres que l’on vient de voir (petite baisse mensuelle de la somme prêtée et intérêts à taux variable) de savoir exactement quel sera le coût véritable d’un crédit renouvelable. Ce qui apparaît déjà clairement, c’est que c’est énorme !

Ensuite, calculez ce que vous coûterait le rachat de crédit. Là, c’est très simple : multipliez le montant de votre mensualité par le nombre de mois de la durée du prêt de restructuration.

L’avenir du credit renouvelable hypothéqué ?

Ce type de crédit à la consommation est en chute libre.

regroupement de prêts revolvingBien malin qui pourrait dire qui des effets de la loi Lagarde ou de la crise économique en est la principale cause.

Qu’importe, le crédit « revolver » étant décrié par tous (sauf peut être les banques et les vendeurs qu’il aidait bien à vendre meubles, déco, hifi, Tv, video, Smartphone, tablettes, portables, appareils photos, équipements de loisirs et de sport, vêtements, voyages et mille autres produits de moyenne valeur), sa mort programmée par la loi précitée et la volonté du gouvernement d’en remettre une couche, est plutôt une bonne nouvelle. A la condition toutefois, qu’on le remplace par un autre type de crédit simple, souple et … pas cher ! Pas cher et accessible à tous, c’est-à-dire, n’ayons pas peur des mots, aux profils à risque, c’est pas gagné !

En attendant, ceux qui en ont encore trop ont le regroupement de crédit à leur disposition et, comme la loi Lagarde a bien fait les choses, ils n’auront même pas à faire le comparatif précité puisqu’à compter du 1er janvier 2013, le prêteur ou son mandataire devront fournir à l’emprunteur un tableau comparatif pour lui permettre d’apprécier facilement l’intérêt de l’opération. C’est pas beau le rachat de credits ?

Une réflexion au sujet de « Pourquoi faire un rachat de credit renouvelable ? »

  1. Il est dommage que la réglementation actuelle ne fasse pas l’objet de plus de contrôles car le mécanisme du crédit renouvelable n’est pas mauvais en soi comme on peut le
    voir ici .Ce sont les abus et notamment ceux des grandes enseignes qui couplent leurs cartes fidélité avec un prêt renouvelable qui en fait un service dangereux, notamment pour les personnes les plus fragiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>